Hänsel et Gretel

Conte théâtral (Märchenspiel) de Engelbert Humperdinck


Compagnie Minute Papillon, en co-production avec Les Tréteaux de la Pleine Lune

 

 

Mise en scène : Ned Grujic

Direction musicale : Frédéric Rubay

Réduction d'orchestre : Laurence Huc

Scénographie et costumes : Anne Bothuon

Création lumières : Philippe Sazerat

 

Avec Violaine Fournier, Margot Dutilleul, Agnès Bove, Hervé Hennequin, Sylvain Juret, Ingrid Schoenlaub, Hyunchan Kye

 


 

Note d’intention 
Hänsel et Gretel” est un joyau aux multiples facettes. Parce qu’on y retrouve avec délectation le célèbre conte popularisé par les frères Grimm, mais aussi parce que la musique d’Humperdinck allie la grâce, l’humour, l’émotion et la poésie dans une oeuvre intense et ludique à la fois. C’est cette raison qui nous a poussé à choisir cet opéra pour faire partager la beauté et la force de l’art lyrique au plus grand nombre, enfants comme adultes. Quatre comédiens-chanteurs lyriques et trois musiciens nous livrent l’opéra en nous faisant entrer dans un grand livre de papier, comme ceux qui émerveillent les enfants. 

 

Instrumentarium

L’opéra Hansel et Grétel de Humperdinck est écrit initialement pour un large orchestre

symphonique dans la tradition allemande de la fin du XIXième siècle : vaste pupitre de bois, cuivres imposants, cordes, et une ribambelle de percussions. Grâce à cet orchestre grandiose, Humperdinck fait une musique où le timbre à une place primordiale pour servir les différentes ambiances de l’opéra, créant tantôt le vent, une forêt terrifiante, ou des airs aux sonorités issues du folklore. C’est pourquoi, dans la volonté de recréer cette richesse, il nous a paru aussi important de réduire l’instrumentation à trois instruments plutôt qu’à un piano seul.

 

La sélection de ces trois instruments – piano, violoncelle, clarinette - a été faite par rapport aux qualités qu’ils avaient pour restituer au mieux l’opéra, autant par leur homogénéité et leur neutralité que par leurs singularités.

 

Le piano est un instrument de choix, d’une part pour la restitution de l’harmonie de l’opéra, et d’autre part pour son large ambitus : il représente l’orchestre dans son ensemble. D’un point de vue du timbre, il est à la fois neutre dans l’accompagnement des chanteurs et des autres instruments, mais donne par ailleurs un cachet très particulier grâce à son côté percussif dans certaines mélodies.

 

Le violoncelle est important dans son rôle traditionnel de basse, et garde dans cette

utilisation un rôle très neutre. Mais il est également un formidable ténor lorsqu’il s’agit de chanter des mélodies dans l’aigu, et intervient aussi beaucoup dans tous les airs rupestres.

 

Enfin, la clarinette est idéale pour représenter les vents. D’un timbre plus neutre que le

hautbois, elle sait accompagner finement les mélodies, tout en ayant un volume plus sonore que la flûte. Sa large tessiture aux différents timbres, s’apparentant à la flûte dans l’aigu et contenant des graves robustes et très reconnaissables, sa volubilité, son utilisation dans le folklore de l’Europe de l’Est, en font un instrument caméléon qui possède cependant un caractère très personnel.

 

Grâce à ces trois instruments, l’opéra d’Humperdinck garde son identité propre, restituant ses magnifiques harmonies, ses changements de caractère et d’ambiance, tout en le transformant dans le choix de leurs utilisations, de leurs palettes particulières et de leurs modes de jeux. Il s’agit donc d’une recomposition instrumentale alliant la partition d’Humperdinck à une volonté de recréation d’un opéra nouveau, réunissant nos différentes personnalités.

Laurence Huc 



Presse
Cet opéra d'Humperdinck, inspiré du conte de Grimm, est magnifiquement mis en scène par Ned Grujic. Agnès Bove, Hervé Hennequin, Margot Dutilleul et Violaine Fournier s'y donnent la réplique avec justesse. Cette fantaise lyrique chantée de bout en bout est une petite merveille.
PARISCOPE

Un spectacle original, inventif et subtil, qui s'adresse aussi bien aux mélomanes qu'aux néophytes et offre de surcroit d'excellents moments de théâtre. Une oeuvre puissante et surprenante.
TELERAMA TTT

Les voix sont parfaitement adaptés aux rôles et tous jouent, sautent, dansent à la perfection. La mise en scène de Ned Grujic et les décors et costumes d'Anne Bpthuon sont remarquables. Il ne faut pas manquer ce joli moment de théâtre lyrique. Emmenez-y vos enfants ; ils y découvriront combien chanter peut être naturel et vous, que les histoires de sorcières restent une valeur sûre !
ForumOpéra.com

A voir sans hésiter pour les amateurs d'opéra et pour les autres, qui vont faire une très belle découverte. Les acteurs sont aussi bons chanteurs que comédiens. Hänsel et Gretel sont touchants et très actuels et la sorcière est impayable (elle vaut à elle seule le déplacement). L'ensemble permet à tous de passer un excellent moment. Les enfants ne perdent pas une miette de ce beau spectacle, d'autant plus qu'ils savourent particulièrement l'aspect comique de certains personnages.
La Muse

Le metteur en scène, Ned Grujic, mêle les ingrédients classiques du conte à des symboles de notre époque. Soucieux de rendre l'art lyrique accessible à tous, il met en scène des niveaux d'entrée différents pour les grands et les petits. Les protagonistes accompagnés du trio de musiciens tiennent le public en haleine. Désireuse d'initier les plus jeunes à l'opéra, Margot Dutilleul et Violaine Fournier se rendent régulièrement dans les écoles pour écouter des extraits de cette oeuvre avec les élèves et en parler avec eux. Et, le soir, elles se transforment en Hänsel et Gretel et se perdent à nouveau dans une lugubre forêt enchantée.
Arte.tv